OdyFolioEmirates
home OdyfolioEmirates chevron_right Oman chevron_right Sohar

Sohar, l'ancien port marchand sur la route des Indes

access_time Mis à jour le 03.09.2016

Culture et patrimoineArchitecture

Importante cité marchande sur la route des Indes, Sohar fut un port de relâche incontournable de l'Antiquité jusqu'au XVIème siècle qui inspira la fable persane de Sinbab le Marin. Aujourd'hui, seul son fort musée témoigne du faste passé et la ville blanche endormie ne retiendra pas ses visiteurs plus de quelques heures. Au Nord de la ville, le développement accéléré au début des années 2000 d'un port de commerce et la remise en production des mines de cuivre de la région dans les années 80 tentent de replacer Sohar sur la carte du commerce international moderne.

Vue du fort de Sohar, Sultanat d'Oman

Vue du fort de Sohar, Sultanat d'Oman ©Odyfolio

Une cité florissante de l'Antiquité au XVIème siècle

Cité portuaire du golfe d'Oman, Sohar est située dans la région de Batinah, connue depuis plus de 5000 ans pour les mines de cuivre du wadi Jizzi. Sohar aurait pris son nom d'un descendant du prophète Noé, Sohar bin Adam bin Sam bin Noah, qui au VIème siècle aurait converti la ville à l'Islam.

C'est une des plus anciennes villes de la région qui depuis l'Antiquité se trouvait sur la route commerciale entre l'Orient et l'Occident. Les arabes prenaient alors une place importante dans les échanges. Au cours de son histoire Sumériens, Perses, Indiens, Africains, Grecs, Juifs, Turcs, Italiens, Portugais puis Hollandais, Britanniques et Français y ont fait relâche. Les navires en provenance de Chine, de Ceylan et du Golfe Persique se ravitaillaient à Sohar en eau douce et fruits. Ils commerçaient étoffes et épices qui partaient sur des caravanes à destination de l'Arabie et de l'Egypte. Des parfums et de l'encens du Yemen pouvaient également être chargés ainsi que l'ivoire, la cire et les bois précieux comme le bambou, le teck ou le santal. Les navires repartaient vers l'Europe le long des côtes africaines par Madagascar et le cap de Bonne Espérance.

Au Xème siècle Sohar était alors décrite comme l'une des plus importantes cités de la région, densément peuplée, florissante et exquise à vivre. On y cultivait le blé, l'orge et exportait du sorgho et des dattes. La ville traversée d'un canal d'eau douce s'étendait le long de la côte animée de nombreux entrepôts, souks et le minaret particulièrement haut de sa mosquée surplombait la ville.

En 971 Sohar fut détruite et pillée par les Bouyides qui depuis Baghdad régnaient sur une partie de l'Irak et de la Perse. La ville sera reconstruite et au XIIème siècle on dénombrait jusqu'à 12.000 habitations en briques d'argile. Puis au XIVème siècle elle tomba sous la domination des émirs d'Ormuz. Maillon défensif important de la région, le château de Sohar sera érigé à leur initiative.

En 1507 le portugais Afonso de Albuquerque s'empare de Sohar et de son fort sans grande difficulté. Ce sera le début du déclin du port éclipsé par Mascate en raison du blocus commercial orchestré par les Portugais. Après leur départ à la fin du XVIème siècle, Sohar ne parviendra par à retrouver son rang d’antan et déclinera progressivement.

Vue de la côte à Sohar en Oman

Vue de la côte à Sohar en Oman ©Odyfolio

Sohar aujourd'hui

Vous pourrez vous rendre à Sohar à partir de l'oasis d'Al Ain – Al Buraïmi en longeant le wadi Jizzi, suivant une route commerciale millénaire autrefois surveillée par des tours de guets dont vous pourrez admirer les vestiges restaurés en haut des crêtes. Aujourd'hui c'est l'autoroute moderne numéro 7 qui parcourt les 120 km en une heure et quinze minutes. Compter selon l’affluence vingt à trente minutes supplémentaires pour passer le poste frontière omanais d'Az Zihaymi. Particularité de cette zone, les postes frontières omanais et émiriens ne sont pas contigus mais distants d'une quarantaine de kilomètres, ce qui constitue une zone frontalière dans laquelle les visiteurs sont dispensés de visa omanais et de frais de sortie des Émirats Arabes Unis. Ainsi si vous venez d'Al Ain et allez à Sohar et la côte omanaise, précisez clairement votre destination au poste frontière Hili d'Al Ain afin d'avoir vos papiers en règle.

Depuis Dubaï via Hatta (Autoroutes E44 et 05) la même particularité frontalière se présente. Vous pouvez également venir à Sohar depuis l'émirat de Fujairah (autoroutes E99, E108, 01), ou depuis Mascate en longeant le littoral (autoroute 01) où Sohar sera annoncée par un double arc gigantesque.

A la date de rédaction de cet article les frais de sortie des Emirats étaient de 35AED et les frais de visa omanais de 5OMR pour dix jours maximum. Les checks points étant fréquents dans ces zones frontalières, ayez toujours à portée de main vos passeports, permis de conduire, papiers de voiture et certificat d'assurance stipulant clairement une couverture pour les EAU et Oman.

A voir, A faire à Sohar

Le fort musée (actuellement en restauration) est l'unique point d'intérêt notable de Sohar et seul vestige de son glorieux passé. La vieille ville aux maisons blanches et ses souks vantés par certains guides touristiques accueille rarement des visiteurs étrangers. Tout au plus vous pourrez à partir du fort admirer le dôme doré de la mosquée attenante, puis vous promener le long de la plage rectiligne en direction du Nord pour apercevoir au coucher du soleil des pêcheurs rangeant leurs filets près du souk aux poissons.

Grande tour carrée du fort de Sohar, dans le Nord du Sultanat d'Oman

Grande tour carrée du fort de Sohar, dans le Nord du Sultanat d'Oman ©Odyfolio

Mosquée de Sohar, dans le Sultant d'Oman

Mosquée de Sohar, dans le Sultant d'Oman ©Odyfolio

Plage de Sohar en Oman

Plage de Sohar en Oman ©Odyfolio

Hôtels et restaurants

Vous trouverez deux hôtels internationaux à Sohar : le Crowne Plaza à l'écart de la ville sur l'autoroute menant à Al Buraïmi et le Radisson Blu plus proche du centre ville. Dans une catégorie similaire, le Sohar Beach Hotel et le Butterfly ont l'avantage d'être en bord de plage. Compter un budget de 100EUR à 150EUR par nuit pour ces établissements quatre étoiles. Pour un budget en dessous des 70EUR, quelques autres hôtels au confort varié. Et puisqu'on ne pourrait concevoir rester plus d'une nuit à Sohar, ni dépenser inutilement son argent dans des établissements de qualité moyenne, pourquoi ne pas s'arrêter pour 40EUR au Al Wadi Hôtel (testé par notre équipe) qui dispose d'un petit déjeuner correct, d'un dîner entrée plat dessert à 8OMR et sert des rafraîchissements alcoolisés. Côté appart hôtels, l'Al Thuriah Hotel Apartment, sans être exceptionnel, peut être un bon choix économique si vous voyagez en famille.

Si les restaurants très locaux du centre ville ne vous tentent pas vous pouvez déjeuner dans les hôtels cités ci-dessus, ou bien dans les fast food autour du centre commercial Lulu (rond point à côté du Al Wadi Hôtel).

Cartes de Sohar

Emplacement de Sohar en Oman sur la carte de la région du golfe persique

Emplacement de Sohar en Oman sur la carte de la région du golfe persique ©OpenStreetMap contributors

Carte du centre ville de Sohar (Oman) avec l'emplacement du fort de la ville (repère orange)

Carte du centre ville de Sohar (Oman) avec l'emplacement du fort de la ville (repère orange) ©OpenStreetMap contributors

Plan d'accès au fort de Sohar, dans le Nord d'Oman

Plan d'accès au fort de Sohar, dans le Nord d'Oman ©OpenStreetMap contributors

Sources et notes :

public Histoire de la soie, Ernest Pariset, Volume 2, Durand, 1865

public Relation des voyages faits par les Arabes et les Persans dans l'Inde et à la Chine dans le IXe siècle de l'ère chrétienne, Abū Zayd Ḥasan ibn Yazīd, Texte arabe imprimé en 1811 par les soins de feu Langlès, pub. avec de corrections et additions et accompagné d'une traduction française et d'éclaircissements par M. Reinaud

public Seafaring in the Arabian Gulf and Oman: People of the Dhow, Dionisius A. Agius, Routledge, 6 déc. 2012

public Sohar and Omani Seafaring in the Indian Ocean, Andrew Williamson, Petroleum Development (Oman) Limited, 1973

public A concise guide to the Batinah Governate, Ministry of Tourisn, Al Roya Press and Publishing House, 4th edition, April 2012

public Site web Port of Sohar, http://www.portofsohar.com, consulté le 19 oct. 2013

public Site web Mawarid mining, http://www.mawaridmining.com, consulté le 19 oct. 2013

public Site web Oman Airports, http://www.omanairports.com/regional_airport_sohar.asp, consulté le 19 oct. 2013