OdyFolioEmirates
home OdyfolioEmirates chevron_right Emirats du Nord chevron_right RAK chevron_right RAK Découverte

Découverte de l'émirat de Ras Al Khaïmah

access_time Mis à jour le 21.10.2016

Au cours de cet article nous partirons à la découverte de Ras Al Khaïmah (RAK) en passant en revue son histoire et ses principales attractions touristiques à visiter. Certains sites présentés font l'objet d'un autre article plus détaillé avec des informations pour la visite.

Vue nocturne du musée de Ras Al Khaïmah, aux Émirats Arabes Unis

Vue nocturne du musée de Ras Al Khaïmah, aux Émirats Arabes Unis ©Odyfolio

Histoire de Ras Al Khaïmah

Les premières traces de peuplement dans l'émirat de Ras Al Khaïmah remontent à 5500 ans avant J.C., comme en témoignent des restes de toits d'habitation découverts le long de la côte Sud. Les historiens supposent que des bédouins étaient les premiers habitants lors des périodes hivernales. Vers 2000 ans avant J.C. la région était parcourue par des routes commerciales qui quadrillaient alors la Mésopotamie. Au cours de cette période, la civilisation dite Umm Al-Nar a bâti des tombes circulaires. On en retrouve dans divers lieux des Émirats Arabes Unis notamment dans le Nord de Ras Al Khaïmah. D'autres excavations archéologiques des âges du bronze et du fer attestent de populations sédentaires s'adonnant à la pêche et à l'agriculture.

Au cours des siècles qui suivirent, Ras Al Khaïmah s'établit comme un port de négoce important qui fut convoité pas de nombreuses puissances et tribus locales. Perses, portugais, hollandais et britanniques se succédèrent à Ras Al Khaïmah et la ville eut différent noms comme Julfar, Majan ou encore Al Seer. Les forteresses de l'émirat témoignent de se passé agité. Les marins commerçaient jusqu'à Zanzibar, en Inde et en Chine. Au XXVIème siècle, Duarte Barbosa qui deviendra compagnon de navigation de Magellan, relatait un port prospère où étaient établis de grands navigateurs et marchands.

Les Al Qawasin, famille régnante de Ral al Khaïmah, seraient les descendants directs du prophète Mahomet. Ils étendirent considérablement l'influence de l'émirat jusqu'en Perse et à Karachi au Pakistan. Au XIXème siècle ils eurent des déboires avec les autorités britanniques qui les qualifiaient de pirates. La réputation de pirates resta longtemps associée aux habitants de Ras Al Khaïmah à tord, puisque les britanniques avaient abusé de ce prétexte pour contrôler un rival commercial sur la route des Indes. Fragilisés par la prise de l’Égypte par Napoléon Bonaparte, qui contrôlait alors la mer rouge, les britanniques se rapprochèrent du pouvoir de Mascate, grand rival des Qawasim. En 1806, sous la puissance de feu britannique, le Sheikh sera forcé de capituler. Jusqu'en 1820, année de signature d'un traité de paix avec toutes les tribus arabes et la Grande Bretagne, la marine de sa majesté mènera plusieurs raids sur la ville qui ne s'en remettra jamais et Dubaï prendra le leadership du commerce dans le golfe persique.

RAK au 21ème siècle : paradis fiscal et tourisme

Aujourd'hui Ras Al Khaïmah développe son économie en offrant des conditions exceptionnelles aux investisseurs étrangers. Contrairement aux règles en vigueur dans le reste des Émirats Arabes Unis, des investisseurs étrangers peuvent posséder la totalité des entreprises et ne sont pas obligés d'avoir une activité locale. Leur capitaux sont totalement exonérés d'impôt, ainsi que le transfert de dividendes. Un paradis fiscal qui séduit les investisseurs asiatiques et européens, avec des possibilités de discrétion et des bureaux virtuels.

Contrairement à Dubaï et Abu Dhabi où la vie est chère, notamment l'immobilier, Ras Al Khaïmah est moins onéreuse ce qui séduit de nombreuses entreprises de services et l'industrie. Combiné à un accès à une main d’œuvre bon marché provenant majoritairement du sous-continent indien, RAK a développé un tissu économique dynamique. L'entreprise phare de la ville est RAK Ceramics, leader mondial de la céramique haut de gamme. A noter le verrier français Arc International qui a d'imposantes installations.

Ras Al Khaïmah développe aussi le tourisme. Alors qu'il est difficile de coexister à côté de la renommée Dubaï, l'émirat a investi dans des infrastructures hôtelières haut de gamme et misé sur des vols charters saisonniers atterrissant directement sur son aéroport, et ciblant une clientèle européenne, notamment de l'Est.

Visiter Ras Al Khaïmah

Comme tout se qui se trouve au Nord de Dubaï, Ras Al Khaïmah est dédaigné pas les expatriés résidant aux émirats. S'il est vrai que la ville ne regorge pas d'attractions touristiques et culturelles, c'est une ville étape intéressante dans un circuit touristique avec quelques sites singuliers et une destination balnéaire tranquille.

En venant du Sud depuis Dubaï, en longeant la route côtière, et une vingtaine de kilomètres avant de pénétrer dans le centre ville de Ras Al Khaïmah, se trouve Al Jazirah Al Hamra, un ancien village de pêcheurs aujourd'hui abandonné, et que l'on dit hanté.

Quelques centaines de mètres plus loin sur la route se trouve Iceland Water Park, un parc aquatique qui promet une banquise au milieu du désert.

Ensuite en ayant traversé les faubourgs Sud de la ville, en jetant un œil aux installations de RAK Ceramics, une importante industrie locale de céramique, pénétrez dans le centre ville. Ras Al Khaïmah est une ville plutôt conservatrice. Ses belles plages ne sont pas fréquentées par les touristes en maillot de bain à l'exception des hôtels de bord de mer. Rien de remarquable dans la ville, avec principalement des petites échoppes vendant des pièces de rechange pour voitures. Quelques centres commerciaux à l'allure provinciale. Nous vous conseillons de visiter le musée national (RAK National Museum) situé dans le fort Al Hish, l'ancienne résidence du Sheikh. Il retrace une partie de l'histoire de cette puissance maritime dirigée par la famille Qawassim et expose quelques pièces archéologiques découvertes dans la région. Si vous avez déjà visité plusieurs forts-musée des petits émirats de la côte, la visite de celui-ci pourra vous sembler répétitive.

Si Ras Al Kaïmah est pour vous une ville étape avant de vous rendre à Mussadam ou à Fujairah, nous vous recommandons de loger dans un petit hôtel le long de la corniche et de vous y promener le soir. Quelques restaurants notamment une pizzeria avec terrasse et musique le soir, un des seuls lieux agréables pour dîner le soir en dehors des hôtels.

A une vingtaine de kilomètres à l'Est de la ville se trouvent les sources de Khatt. Ces eaux thermales à 40 degrés Celsius sont riches en bicarbonates sodiques. Pour en profiter vous pouvez vous acquitter d'une entrée à 15AED aux bains publics. Hommes et femmes sont séparés. Prestations en ligne avec le prix. Pour plus de confort, rendez-vous à l'hôtel Golden Tulip posé au sommet de la colline, mais ne vous attendez pas à des prestations luxueuses (c'est un quatre étoiles qui a terminé depuis longtemps son âge d'or - il y a très souvent des promotions à moins de 500AED la nuit).

Au Nord Est de la ville, trois sites archéologiques de faible importance pourront vous intéresser. Ils sont tous situés dans un rayon de 5 kilomètres, l'embranchement pour l'accès au premier site se trouvant à 10 kilomètres au Nord de la ville sur la route principale.

En continuant beaucoup plus en avant direction Nord sur la route principale, vous atteindrez le fort de Dhayah. Contrairement aux sites archéologiques cités précédemment, le fort de Dhayah est très bien conservé. Situé sur un promontoire rocheux, il offre un beau point d'observation de la côte et des palmeraies.

Hôtels à Ras Al Khaïmah

Carte de Ras Al Khaïmah

Carte de l'émirat de Ras Al Khaïmah avec les principaux sites touristiques (Émirats Arabes Unis)

Carte de l'émirat de Ras Al Khaïmah avec les principaux sites touristiques (Émirats Arabes Unis) ©OpenStreetMap contributors

Sources et notes :